Aëldia Index du Forum
Aëldia Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Journal de Serosha Sores

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aëldia Index du Forum -> Aëldia, La Carte -> Mers et Océans -> Le Canal Rouge
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Maëlle Caërwyn
Déesse de la Neutralité
Déesse de la Neutralité

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 118
Humain Neutre

MessagePosté le: Lun 6 Oct - 08:17 (2008)    Sujet du message: Journal de Serosha Sores Répondre en citant

Prologue explicatif
 

L'an 1, 10ème mois.

Je me nomme Sherosha Sores, j'ai 28 années de souffrance à mon actif et me suis lancée dans le commerce maritime depuis quelques temps déjà.

Voilà qui règle la question du qui.

Rapidement, je me suis rendue compte que tout produit venant de "l'autre côté", se vend mieux, beaucoup mieux. Je référencerai dans ce journal toutes les personnes avec qui j'ai traitées, toutes coupables de haute trahison. J'y inscrirai les lieux, les dates, et le déroulement des choses.

Ce qui explique le où et le quand.

Ainsi, j'assure ma survie... ou ma vengeance.
De plus, j'en ai décidé ainsi.

Voilà, pourquoi.


_________________
Alors il y aura un rire immense de désespoir quand les mortels verront ce vide, quand il faudra quitter la vie pour la mort — pour la mort qui mange, qui a faim, toujours.

Je vous envoie cette prière, même si nos dieux sont différents...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 6 Oct - 08:17 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Maëlle Caërwyn
Déesse de la Neutralité
Déesse de la Neutralité

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 118
Humain Neutre

MessagePosté le: Lun 6 Oct - 13:09 (2008)    Sujet du message: Journal de Serosha Sores Répondre en citant

Les côtes du Nord

  
L'an 1, 10ème mois, jours 6.

N'est-il pas important de cadrer une situation, un fait, qui sera le chemin suivit par le personnage de ce roman douloureusement long qu'est la vie ? De toute façon la question n'est pas à poser, mais à appliquer.

Je commencerai donc par parler de cette rivalité entre les deux Terres, celle du Sud, et celle du Nord, c'est à dire, la Loi et le Chaos. Car même si la Neutralité est présente, elle n'agit plus depuis bien trop longtemps pour que je lui apporte le moindre intérêt. De plus, elle ne s'opposerait pas à ce trafique qu'est le mien.

Mon histoire commence donc bien avant moi, à l'époque où Shizime, dieu chaotique, trouva comme ennemi Clare, déesse loyaliste. Comment deux êtres si proches et éloignés à la fois pouvaient, peuvent, et pourront penser que seul leurs pensées ont un intérêt dans ce monde ? Au fond, le simple paysan, le petit pêcheur, le minier, le voyageur, la femme au foyer comme celle qui travaille, et la jeunesse de ce monde, n'en ont eux, rien à faire de cette rivalité ancestrale. Et cela s'applique bien à toutes les races. Seul quelques idéologistes, assoifés par le pouvoir et la force, cherchent à gagner leur place dans cette guerre. Je ne suis pas de ceux là.

Alors que comme mes ancêtres, je naviguais entre Albion, ville isolée, et le Vieux Continent, je me ressassais souvent ces vieux dictons qui en disaient soit disant si long sur ceux qui vivent dans le monde septentrional. Souvent, je pariais avec cet vieille chose qui me sert de bâteau, je jurais que moi, j'irais là-bas. Pourquoi faire ? Aucune idée. Mais l'orgueil est une chose si incompréhensible et divergeante qu'il vous suffit parfois de connaître le sentiment d'inconnu pour que le votre se réveille. Je ne connaissais personne ayant déjà était là-bas, et voulais faire parti de ce petit nombre de téméraires qui avaient eu la chance ou la malchance de voir un beau matin les côtes des Terres Chaotiques se dessiner à l'horizon. Les Dieux allaient exaucer mes prières bien plus vite que je ne l'aurais pensé.

La tempête cria si fort à travers les mers cette nuit-là, que je ne sais si elle n'a pas réveillé les démons dans le coeur même de leur désolation. Le ciel déferlait sa colère à travers ses forces, le vent, la pluie, les éclairs. Tout était là pour m'annoncer ma mort prochaine. J'étais bien sûr sans savoir que cette mort aller se faire à petit feu, par la douleur des années, comme les autres mortels ; et m'imaginer déjà parmis les épaves au coeur de l'océan.

Par un miracle inexplicable, ni mon bâteau, ni ma marchandise, ni moi, n'avons soufert de ce fléau. Mais les vents m'avaient menée en ces terres que beaucoup trop craignaient. Ocirav...

L'orgueil, la témérité, la curiosité, et toutes ses autres qualités qui forment le coeur des Hommes, me poussèrent à y débarquer.

C'est ainsi que je rencontrai mes premiers clients du Nord, qui contrairement à ceux du Sud et d'Albion, payaient bien, trop bien. 

_________________
Alors il y aura un rire immense de désespoir quand les mortels verront ce vide, quand il faudra quitter la vie pour la mort — pour la mort qui mange, qui a faim, toujours.

Je vous envoie cette prière, même si nos dieux sont différents...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Maëlle Caërwyn
Déesse de la Neutralité
Déesse de la Neutralité

Hors ligne

Inscrit le: 14 Sep 2008
Messages: 118
Humain Neutre

MessagePosté le: Mar 7 Oct - 13:20 (2008)    Sujet du message: Journal de Serosha Sores Répondre en citant

Premier client

L'an 1, 10ème mois, jour 7.

-Tu te moques de moi, sale humaine, ça ne vaut pas un dixième de ce prix là-bas !

-Sauf que nous sommes ici, pas là-bas.

Le gobelin jurait dans son silence. Je le savais. Il était vrai que personne à part moi ne vendait de cela ici, donc mes prix étaient ceux du marché, vu que c'était moi qui le régulais, le marché.
J'avais l'avantage.

-300 pièces.
-J'ai dis 400.
-350, c'est ma dernière offre.
 

Je ne répondis pas, cela ne servait à rien.

Un rictus malsain apparut au coin de ses lèvres, puis disparut aussitôt. Lentement, il décrocha sa bourse de sa ceinture, me la lança.

-Voilà 50 pièces, tu auras le reste ce soir, quand tu m'auras donné les galettes.
-Je savais qu'on parlait la même langue.
-Tout le monde parle ta langue  ! Elle est universelle, petite idiote !
-Je ne parlais pas de cette langue là,
  répondis-je en souriant.

Il jeta un regard envieux à la poche de tissu brune-grisâtre qu'il m'avait abandonné, se leva, fit quelques pas en direction de la porte de l'auberge, s'arrêta et me lança un dernier regard.

-Les humains, ne sont vraiment pas ceux qu'on croit.
_________________________________________________

Nom : Frugin
Prénom : Froidion
Âge : environ 100 ans
Profession : arnaqueur ?
Vente : Galette de blé du Vieux Continents pour 400 pièces d'or.
Bénéfice : 350 pièces

  
  

_________________
Alors il y aura un rire immense de désespoir quand les mortels verront ce vide, quand il faudra quitter la vie pour la mort — pour la mort qui mange, qui a faim, toujours.

Je vous envoie cette prière, même si nos dieux sont différents...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:23 (2018)    Sujet du message: Journal de Serosha Sores

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Aëldia Index du Forum -> Aëldia, La Carte -> Mers et Océans -> Le Canal Rouge Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com